AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 JONHSON, Prudence

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: JONHSON, Prudence   Lun 19 Nov - 23:06

[list]Informations Communes

Nom : Jonhson
Prénom(s) : Prudence, Olivia, Bill. Ceci dit, il y a peu de chance que je te réponde si tu m’appelles Prudence. Prue, à l’extrême limite et pis de toute façon, qu’est-ce que je fais à te parler, espèce d’aristo !
Race : Asgarienne, y’paraît…
Sexe : Féminin, jusqu’à preuve du contraire.
Monde d'origine : Asgard
Clan : Neutre, bien sûr. Qu’est-ce que j’en ai à faire de leur stupide guerre ? S’entretuer encore et encore, ils n’ont rien trouvé de mieux ?

***



Informations Spécifiques à la Race
Âge : 17 piges
Métier : Non mais, tu crois que je vais bosser, j’ai pas que ça à faire.
Monde de résidence : Asgard, à Oxford, j’suis une « gosse des rues », comme on dit.

Daemon :

Nom du Daemon : Tecla
Sexe du Daemon : Masculin
Forme du Daemon : Pas encore définie. Ouais, je sais, à mon âge c’est bizarre. Qu’est-ce que j’y peux ? Si y’en a un qui se moque de moi à ce sujet, il va voir !

***


Informations Approfondies

Histoire :

Je suis issue d’une bonne famille. Eh oui, difficile à croire, hein ? Eh bah c’est comme ça. Tu dois alors te dire : « Oh, voilà la petite aristo qui se prend pour une rebelle ! », eh bien tu te trompes sur toute la ligne, vois-tu. Mais pour que ton cerveau lent puisse bien suivre, je vais faire un résumé chronologique de ma vie.
Alors je suis donc née il y a seize ans de cela, dans un hôpital banal de la ville d’Oxford. Mes parents ? Ah, là ça devient moins banal. Ma mère ? Jeune fille issue d’une lignée aristocratique reconnue dans tout le pays. Mon père ? Comment dire ça… Inconnu au bataillon. Je vois une lueur d’incompréhension planer dans tes yeux… A moins que ce ne soit habituel chez toi… Bref, je t’explique. Ma mère, fille de bonne famille a fricoté avec un garçon qui l’était un peu moins – de bonne famille, j’entends, non mais tu suis ou quoi ? -. Et paf, ça a pas manqué, ma mère, Olivia, y’paraît, est tombée enceinte. Et là, pfuiiit, c’est bizarre comme les gens s’évaporent d’un coup, comme ça. De ce géniteur inconnu il ne me reste que mon troisième prénom et mes cheveux blonds, il paraît que ma mère les avaient noirs – enfin, si j’en crois la bonne sœur qui m’élevait dans l’orphelinat avant que je décide d’aller voir ailleurs-… Mais je m’égare. Je disais donc, ma mère est tombée en cloque de ce mec qui l’a laissée tomber après qu’elle lui ait appris la nouvelle. Quelle honte, n’est-ce pas ? Opprobre et déshonneur sur toute la famille ! Olivia, pas si bête qu’on aurait pu le constater précédemment, alla se cacher chez une bonne amie pendant le temps de sa grossesse. 9 mois plus tard, elle me mit au monde et me donna ces trois prénoms, le premier pour l’amie qui l’avait accueillie ( elle aurait pas pu s’appeler autrement celle-là … ) le deuxième était le sien et le dernier pour le sale type qui l’avait abandonnée. Ceci accompli, elle m’abandonna dans le premier orphelinat et retourna vivre dans sa famille bien sous touts rapports. Moi ? Eh bien moi j’avais plus qu’à rester dans cet orphelinat miteux dirigé par les bonnes sœurs, à me morfondre de ma vie. Ce que je n’ai pas fait. Dés que j’eus l’âge de marcher je gambadais dans les rues à la suite des aînés de l’orphelinat, marchant si jeune dans les traces des autres enfants des rues. Dés mon plus jeune âge, je sus me battre aussi bien que n’importe quel garçon. Certains purent en juger lorsqu’ils m’avaient appelés, du fait de mon prénom « fille d’aristo ». Parfois quelques nonnes de l’orphelinat se prenaient d’envie de m’apprendre quelque chose et de cet enseignement fragmenté que l’écriture et la lecture. Cette vie de débauchée dura jusqu’à mes 10 ans, où je décidais de couper une fois pour toutes les ponts qui me rattachaient à mon passé, à cet endroit miteux et à la femme indigne qui m’y avait déposée. C’est pourquoi ce jour de ma décision je m’habillais, récupérais le couteau de marine que je savais caché sous la couche d’une des sœurs, et sortais en claquant la porte. Rassembler mes affaires ? Lesquelles je te le demande… Avant que les personnes qui avaient veillé d’une manière sommaire sur moi se rendent compte de ma disparition, j’étais déjà loin dans les rues d’Oxford.
Ce ne fut pas facile, de survivre dans cette jungle urbaine ; J’ai passé quelques nuits dehors, j’ai même quelquefois été inquiétée par de personnes douteuses. Mais je n’avais pas pris ce fichu couteau pour rien. Est-ce que j’ai déjà tué ? Oh, non… Mais j’ai fais assez mal pour qu’on ne s’approche plus de moi. J’ai appris à me débrouiller seule. Le jour, je gambade dans les rues avec d’autres enfants, et nous chipons de quoi manger sur le marché d’Oxford. J’ai quelques compagnons, mais personne qui ne soit véritablement mon ami. Le soir, je dors où je le peux, parfois un des mes compagnons d’infortune m’invite dans sa modeste maison. Là je peux en profiter pour me laver. Curieuse habitude, hein ? Seulement voilà je ne veux pas m’apparenter à ces chiens puants qui traînent dans les rues avec moi ; et puis après je suis une fille et j’éprouve le besoin de me laver. Puis de toute façon, pourquoi je te raconte ça…

Donc j’ai aujourd’hui 17 ans, je vis « dans les rues » depuis 7 ans, je me débrouille plutôt pas mal et d’ailleurs, j’ai toujours le couteau de la bonne sœur. Je m’entraîne avec chaque soir, et ne loupe presque jamais mon coup. Ca te fout les boules, hein ?

Physique :

Ah parce qu’il faut en plus que je me décrives ? Oui ? Bon, bah allons-y alors… Côté fringues, bah c’est surtout ce que je peux trouver, donc en général des jeans que je chourre et des t-shirts que je récupère ou vole aussi. Quoi ? « Ouhhhh la méchante elle vole ? » S’cuse mec mais faut bien se fringuer. Donc t’l’auras compris le tour de ma garde robe est vite fait. Bon, ça c’est fait. Le reste… J’ai la peau blanche, encore une caractéristique d’aristo, mais qu’est-ce que j’y peux, hein ? Donc je suis blanche de peau et j’ai les yeux marrons ambrés. Je les tiens de ma mère, si j’en crois la bonne sœur à qui ma mère m’a confiée quand je suis née. Pas de maquillage, bien sûr, l’argent que je gagne en faisant de menus travaux pour les marchands ne servirait pas à cette futilité. Cependant, si j’en crois les autres, je suis plutôt jolie, même sans maquillage. C’est vrai que mes cheveux blonds ondulés qui me tombent jusqu’à la taille jouent plutôt en ma faveur, même si c’est une vraie horreur quand il faut les coiffer. En général, par souci de commodité, je les attache en une longue tresse. Je suis grande et plutôt bien bâtie, du fait de mes combats fréquents dans la rue. Comme je l’ai dit plus haut, je fais attention à être toujours plutôt propre, je n’aime pas la crasse. En général mon habillement n'est pas très féminin, déjà que les types me regardent de travers dans la rue, pas la peine d'en rajouter ! Non moi, pas besoin de fanfreluches, un jean et une chemise et tout baigne

Caractère :

Moi… Moi et mon sale caractère, comme on dit souvent ! Eh oui, malheureusement pour le monde, je ne suis pas facile à vivre, paraît-il. Cela vient sans doute de mon passé où j’ai appris à me débrouiller seule et à ne compter sur personne. C’est pour cela que je ne me confie que très rarement, je dirais même jamais. En revanche je suis très fidèle et loyale, si tu gagnes ma confiance, sois assuré que je resterais à tes côtés. Mais trahis moi une seule fois et n’espères plus jamais me revoir. Je suis plutôt entière comme fille. Avec moi c’est tout, ou rien. Quand je décide quelque chose, ce n’est pas la peine d’espérer me faire changer d’avis car je suis une vraie tête de mule. Cela peut être pris du bon côté puisque de ce fait je tiens toujours parole. Farouche, je déteste qu’on me dise ce que je dois faire et je suis plutôt d’un tempérament rebelle. Je ne suis pas – du tout – patiente et je démarre au quart de tour, surtout quand on s’en prend à moi et qu’on se moque de mon passé. Ces années de vie dans la rue m'ont endurci et je suis pas une ' chochotte ' comme la plupart des filles bon chics bon genre qu'on croise dans la rue. Je sais me battre comme un garçon, je courre en général aussi vite sinon plus qu'eux et je sais me débrouiller seule. Je n'ai besoin de personne pour vivre, et je ne traîne avec les manouches que pour passer le temps. J'aime à penser qu'un jour je puisse débarquer dans la cuisine de ma mère et dire : " Salut, je suis ta fille, j'ai 17 ans, j'ai grandi dans la rue et je cherche un toit où dormir. Où est la salle de bains ? ". Mais cela n'arrivera jamais car je n'ai pas l'intention de revoir celle qui m'a abandonnée ainsi.

(Autres) : Je ne quitte jamais mon couteau, il est toujours sous ma chemise, prêt à servir.
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: JONHSON, Prudence   Mar 20 Nov - 19:14

Rien à dire, bonne fiche, perso est un peu paradoxal et assez sympa ^^
Juste u détail, en Asgard, les jeans et t-shirts n'existent pas Crying la technologie étant peu évolué et Desdémoen refusant qu'on prenne exemple sur le monde de sa soeur, on en est encore aux pull-pantalons, mais on passera ^^

VALIDE


Bienvneue :)

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
 
JONHSON, Prudence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Desdemona Esperanza Jonhson
» Présentation Eleonor Jonhson
» Aaron Jonhson
» Aaron Jonhson & Holly Marie Combs Crackship #004
» The Rock vs Samoa Joe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Fin :: Corbeille-
Sauter vers: