AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
anipassion.com
Partagez | 
 

 Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Jeu 15 Nov - 1:34

Pasiphaé se releva comme un chat. Elle avait lu pendant quelques heures après sa promenade à cheval mais à présent elle avait envie de se changer et de voir Désdémone. Elle ordonna à un domestique de lui faire un bain chaud et quelques instants plus tard, dévêtue mais portant toujours ses gants, elle pénétrait dans la baignoire remplie d'eau bouillante. Elle s'allongea et relâcha ses nerfs crispés avant de se laver avec toutes sortes de savons et d'onguents odorants. Quand elle sortit, une domestique arriva, a courant de sa tâche.

Pasiphaé, toujours nue mais toujours avec ses gants, s'allongea sur une table de massage et se laissa faire par les mains expertes de la jeune masseuse, les yeux fermés, pensant à autre chose. Puis, au bout d'une heure, elle décida que cela suffisait et se releva. Elle enfila une courte robe rouge sans manches et facile à enfiler avant de coiffer ses cheveux flamboyants. Elle appliqua son masque rouge de maquillage autour de ses yeux, et, un léger sourire sur les lèvres, sortit de sa chambre, son fouet à la main.

Quelques instants plus tard, elle arrivait devant la porte de Desdémone. Sans même frapper, elle pénétra dans la grande chambre de la Reine et se dirigea vers la jeune femme qui était assise à son bureau. Elle posa ses mains brûlantes sur les fraîches épaules de la souveraine et souffla un soupir chaud dans la nuque de Desdé. Ses cheveux frôlèrent intentionnellement le visage de la jeune fille alors que Pasi s'asseyait sur une chaise qui se trouvait à moins de 10 cm de celle de Desdémone.


« Bonjour ma Reine. Ou plutôt, bonne soirée. » Elle regarda les derniers feux du soleil allumer des reflets sur les fenêtres de la chambre.
« Avez-vous passé une bonne journée? »

Sa voix contenait un sous-entendu, qui, dit, pourrait donner quelque chose comme « De toutes façons, je peux vous faire passer une meilleure nuit. ». Mais la Demoiselle de Compagnie se retint et ne fit que sourire, dévoilant ses dents étincelantes. Elle posa un regard à la fois maternel et amoureux sur la Reine puis attendit une réponse...

[C'est nul, ça s'ra mieux après...]
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Jeu 15 Nov - 23:26

Desdémone n'était pas d'humeur clémente ce jour-ci ; plusieurs problèmes administratifs s'ajoutaient au fait qu'elle était à présent en un conflit sû d'avance perpétuel avec certains ministres et conseillers désapprouvant ses métodes de travail.
Furieuse, elle avait jeté à terre ses papiers et brisé plusieurs objets précieux qui traînaient dans la pièce, et claqué la porte en pleurant comme une gamine de cinq ans. Après avoir envoyé plusieurs courtisans sur les roses, elle s'était isolée dans son boudoir à pleurer sa rage et son désespoir de ne pouvoir dès maintenant réduire Midgard et tous ses habitants en miette ; ruminant au passages ses mauvaises pensées et petites envies de meurtres quotidiennes.
Lorsqu'enfin calmée, persuadée que tout devait se décider au plus vite, elle avait delaissé son boudoir pour s'installer dans ses appartements, elle commanda alors mille et mille choses d'un caprice subtil pour sa toilette. Après un copieux bain rempli de différentes lotions et huiles aux parfums extrèmement forts - voire insupportable – elle avait mis sa théorie au point, et s'étant installée à son bureau de chêne, elle saisit une plume d'oie basique pour travailler mille calculs tous plus complexes et inutiles les uns que les autres, les plumes d'oiseaux rares étant réservés à la littérature.
De temps à autre, elle s'arrêtait, noyée dans un problème pas assez simple pour qu'elle le parcourt d'une traite, et tentait de réfléchir en se mordillant d'une canine aiguisée le coin de la lèvre. Si un domestique vétéran ou autre privilégié ou noble connaissant intimement la Reine était passé, il aurait été surpris de sa quiètude et de son calme, elle qui, d'habitude, était d'un tempérament si colérique et rageux.
Desdémone n'avait jamais été particulièrement de nature scientifique, contrairement à Lliane, qui excellait en langues aussi bien en ce qui était sciences, mais il aurait été injurieux, grotesque et innacceptable de dire qu'elle ne faisait pas partie des meilleurs, et qu'elle aurait été incapable d'obtenir ces Prix Nobels qu'on distribuait à tort et à travers trente ans plus tôt, à Midgard. Simplement, la Souveraine d'Asgard, à l'époque où les deux jumelles faisaient leurs études, étaient plus occupée à collectionner les aventures amoureuses et à causer le tourment autour d'elle qu'à restée le nez plongée dans ces livres et parchemins à l'écriture manuscrite comme sa soeur. Cependant, elle savait se consacrer à une tâche lorsque, et seulement lorsque, c'était réellement nescessaire et avait pu décrocher toutes sortes de diplômes simplement en parcourant d'un vague regard les leçons capitales à apprendre. En bref ; elle travaillait ce jour-ci sur quelque chose qui lui paraissait plutôt important ; mais tout était relatif. Précisement, elle calculait un emplacement bien précis dans Asgard où elle pourrait découper une fenêtre grâce à Æsahættr, en atterissant directement dans le palais qu'habitait sa soeur, pouvant donner enfin l'assaut à ses troupe et détruire ce lieu magnifique qui lui donnait tant de dégoût.
Bien sûr, il n'était nullement question que quelqu'un touche à un seul des cheveux bleutés de sa soeur, quiquonque alors en subirait la pire des punitions. Malgré tout ce qui portait à croire l'inverse, Desdémone aimait sa soeur plus que tout, c'était pour ça qu'elle lui avait arraché son dæmon, imitant ainsi les Enfourneurs. Elle voulait simplement délivrer sa soeur du péché, et, comme on disait si bien, que l'amour engendre la guerre...
Absorbée dans ses pensées, hypnotisée par la plume dansante qui courait sur le parchemin en de multiples formules en exposants, equations, produits et autres chiffres inconnus, la Reine fut reveillée par une douce sensation de chaleur sur la nuque. Nerveusement, elle fit sa pression sur la plume plus forte et sa pointe se cassa, déversant sur la feuille une petite vague d'encre bleu nuit. Desdémone regarda à travers la fenêtre le soleil qui déjà s'était couché. La nuit s'étirait doucement sur le ciel, l'avalant à grandes goulées, comme si on y avait renversé cette même encre...
Sans même écouter les miaulements intenpestifs de sa Dame de Compagnie, qu'elle savait dans la pièce depuis un moment, Desdémone se leva, mâchant un soupir, et repoussa la chaise, sans même écouter ni songer à répondre au salut de son hôte. Ràèz et Symiarè, comprenant immédiatement le message, se retièrent quelque smètres plus loin, s'allongeant sur les coussins de velours qui leur étaient destinés.

« Avez-vous passé une bonne journée? »

Desdémone tenta d'émettre un faible ricanement, mais aucun son ne sortit de sa bouche, simplement une vile grimace qui pouvait se caractériser comme un non total. Mais ça, Pasiphaé devait s'en douter, d'ailleurs, c'était pour ça qu'elle était là. Pour l'instant, la Reine avait plutôt envie de l'envoyer dormir avec les domestiques, mais il fallait être patient dans la vie, n'est-ce pas ? Il fallait savoir faire preuve de mensonge, hypocrisie et autres infâmies pour parvenir à ses fins. Aujourd'hui, une de ses « domestiques privées » demandait salaire, le lendemain ce serait elle qui courrait ventre à terre, avide d'homme et de viande fraîche.
A donc, la Reine esquissa un sourire charmeur mais faussé, passant sa langue sur ses lèvres claires avec un air silace et joueur. Elle carressa la longue et soyeuse chevelure feu de la Sorcière, remarquant sans être etonnée que son dæmon n'était pas là, et partit s'installer sur le lit à baldaquin qui dominait la chambre à coucher. Selon ses dernières demandes ; le tout était vêtu de bordeaux, d'auburn, de quelques touche de framboise écrasée et d'autres fantaisies brodées en fil d'or ; parfait selon elle pour une autre nuit à satisfaire une de ses favorites. Elle s'y assit, délaçant sa robe de nuit de gaze blanche qui tomba sur ses hanches, dévoilant un buste magnifique à la peau blanche et doté des plus belles vertus que les femmes pouvaient avoir.


« Naturellement, non. Mais tu es là pour me le faire oublier, n'est-ce pas ? »

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Ven 16 Nov - 0:27

Pasiphaé se laissa caresser les cheveux par Desdémone en ronronnant presque comme un chat. Malgré la mauvaise humeur évidente de celle-ci, elle sentait qu'elle allaient s'amuser. Et puis elle réussirait bien à la détendre d'une manière ou d'une autre...
Desdé se dirigea vers son lit, bordeaux et auburn, des couleurs que Pasi n'affectionnait pas particulièrement. Mais elle ne dirait rien, sa Reine était déjà de trop mauvaise humeur. Et tout à coup, comme trop énervée pour commencer en douceur, la Dame de Pasi ouvrit sa robe, la laissant glisser sur ses hanches en un geste fluide. Un frisson parcourut la Sorcière quand elle contempla ce corps si parfait que c'en était douloureux, si parfait qu'on mourrait pour pouvoir l'effleurer.
Un sourire étira les lèvres de celle qui avait tant de prénoms, et c'était un sourire pervers, certes, mais sincère, à l'inverse de celui de Desdémone.


« Naturellement, non. Mais tu es là pour me le faire oublier, n'est-ce pas ? »

Le sourire s'agrandit, et la jeune Sorcière se leva d'un pas nonchalant et félin, se dirigeant sans en avoir l'air, vers le lit de la Reine. Elle caressa l'épaule fraîche de la jeune femme. Sa main était brûlante, car c'était une créature à sang chaud. Elle était toujours brûlante. En tout.

« Bien sur, ma Reine. »

Elle déposa un baiser léger sur la joue droite de la Souveraine avant de la saisir sous les genoux et les aisselles et de la poser en douceur sur le lit. Il faut pas croire qu'elle est faible hein! Son père l'a élevée comme un garçon! C'est peut-être une des raisons pour laquelle elle aime aussi les femmes...
Sans un mot, elle s'assit à côté de la Reine d'Asgard et la retourna avec délicatesse sur le ventre. De ses mains expertes et chaudes, elle commença à la masser, sentait les muscles tendus sous ses phalanges. Puis, tout en continuant cette tâche d'une main, elle finit de déshabiller son amante. Puis, d'un geste leste, elle souleva la couverture en faisant léviter Desdémone une courte seconde, puis reposa délicatement la couverture sur la Reine énervée et (dé)tendue. Puis elle se leva et s'éloigna.

Quelques instants plus tard, elle revint, uniquement vêtue de ses gants, son fouet à la main. Elle le pendit à un bord du lit, puis se glissa sous la couverture... Sa peau brûlante entra en contact avec celle, si fraîche, de Desdémone, et elle frissonnèrent en même temps. Pasiphaé laissa échapper un léger gloussement puis se redressa et saisit avec douceur le visage de la Reine. Elle s'en approcha et déposa un léger baiser, brûlant cependant, sur les lèvres froides de la Souveraine. Puis elle lui caressa les cheveux avec douceur, retirant les derniers bijoux qui étaient restés coincés dans sa chevelure avant de les poser sur une table de nuit à côté. Puis elle se rapprocha à nouveau de la jeune femme et posa son visage dans le cou de celle-ci, déposant un nouveau baiser au niveau de la jugulaire. Puis ses lèvres remontèrent vers le menton, traçant un sillon invisible mais brûlant sur la peau pâle de Desdémone, avant qu'elles ne rencontrent enfin celles de son aimée.

Cette fois, elle glissa ses mains chaudes dans la nuque de la Reine et se serra contre elle. D'un douce pression des lèvres elle força la jeune femme à ouvrir la bouche, et continua le baiser enflammé. Elle écrasait avec une violence calme la bouche de la Reine, la possédant sans excès... pour le moment. Puis elle cessa le baiser aussi vite qu'il avait commencé et reposa ses lèvres sur la trachée de la Reine. Mais cette fois, elle baissa la tête et inspira l'odeur de Desdémone. C'était une odeur particulière à la Reine. Une odeur suave à la fois douce et sauvage... Comme la rose... Pas la rose qu'on élève dans une serre. Non, la rose sauvage qu'on trouve parfois par coup de chance et qui est si belle et si rare....
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Sam 26 Jan - 1:14

Desdémone se laissa embrasser, recevant ce baiser comme une légère brise d'automne, un court havre de fraîcheur en contradiction à la chaleur corporelle que dégageait la sorcière. Sans mot dire, elle se sentit soulevée par Pasiphaé, songeant, avec amertume peut-être, à ses propres règles qu'elle violait. La Souveraine n'affectionnait pas particulièrement les relations entre membres d'un même sexe, voire, celles-ci étaient interdites à Asgard, mais elle, elle était la Reine... et Pasiphaé n'était qu'une Privilégiée réclamant son salaire en une nuit, ce qui ne gênait pas particulièrement Desdémone. Naturellement, cela, jamais elle ne l'aurait avoué, tout autant que jamais elle n'aurait eu ce genre de relation si Pasiphaé n'avait pas été cette étrange créature tiraillée entre sa féminité naturelle et son côté masculin, qui d'ailleurs lui plaisait, pour ne pas dire l'arrangeait.
Toujours enveloppée dans son silence, Desdémone regarda Pasiphaé finir de la déshabiller, sans rien ressentir de particulier. Desdémone n'aimait pas Pasiphaé. Pas qu'elle la détesta, simplement, il n'y n'avait aucun sentiment ou sensation qualifiant ce qu'elle ressentait, en fait, c'était même un peu creux. Elle était neutre, voilà tout. Et l'amour probable de son interlocutrice n'était pas réciproque. Peut-être cela était-il triste, mais cela était.
Pourtant, parfois, il lui arrivait d'avoir une lueur d'admiration envers son hôte, mais tout s'arrêtait ici. Ce fait était-il visible ? La Reine était-elle assez bonne comédienne et hyprocrite pour que cela ne se perçoive pas ? D'un côté, elle aurait voulu, d'un autre, elle s'en contrefichait. Pasiphaé était une sorcière et comme toutes les sorcières, elle était extrêmement intelligente. Dans le cas présent, elle l'étaot peut-être plus que la moyenne de son peuple. Par conséquent, goûter à l'athmosphère, en renconnaître la tension, savoir l'attiser, détecter la présence de telle ou telle chose, connaître les gens d'un premier regard jusqu'au plus profond de leur âme... Elle devait déjà tout connaître des sentiments de Desdémone.
Soudainement prise par une amère sensation de solitude extrême, Desdémone se prit à jalouser le corps de Pasiphaé. Bien sûr elle était parfaite, elle était la Reine d'Asgard, la seule humaine née comme un Ange, mais... C'était comme si, tout à coup, elle se sentait faible face à la sorcière, comme si elle sentait que sa force ne venait que du pouvoir des autres, elle se sentait... comme ces stupides actionnaires gagnant leur vie, et bien plus, sur le dos des fonctionnaires malheureux... Mais aussi... Elle se sentait faible d'être née forte, tandis que les autres naissait tel et devenait ce qu'ils étaient, forgés par leur volonté.
Luttant contre le dégoût qui commençait à oppresser sa poitrine aux formes arabesques, elle se releva et attrapa le visage de Pasiphaé, embrassant avec force la sorcière, collant, comme pour la faire taire, comme pour faire taire sa propre conscience ses lèvres contre les siennes. D'une manière assez particulière, relevant de l'indéfinissable, sa langue franchit la barrière des muqueuses de la Privilégiée avec force et douceur, mêlant leurs deux visages pour qu'ils ne fassent plus qu'un. La Souveraine laissa tomber lentement ses mains sur les cuisses de Pasiphaé, les caressa longuement, analysant chaque pli, chaque cellule, reconnaissant avec une précision extrême chacune des parcelles de la peau de son amante. Elle remonta jusqu'aux hanches, dépliant un à un tous ses fins doigts, comme pour avoir une surface plus grande à caresser ; passa un court instant, s'amusant à deviner chaque creux de la cage thoracique de la sorcière, puis arriva jusqu'à ses seins.
A cet instant, elle se glaça, décolla brusquement son visage de sa dame de compagnie pour lentement la dévisager. Elle se sentait... si différente ! Alors qu'un instant avant, elle avait l'impression de ne faire plus qu'un avec le corps de Pasiphaé... Ses iris ambrés commencèrent à briller d'une lueur inhabituelle ; Desdémone, à l'instant, aurait voulu pleurer, se confier à Pasiphaé comme si c'était sa mère, sa soeur ! Un second frisson parcourra son corps de jeune femme. C'était une vie qu'elle avait refusée, celle de vivre dans le bonheur et dans la vérité, maintenant, elle devait s'en tenir à ses propres lois ; ne jamais montrer sa faiblesse, et ne faire confiance à personne. Pourtant, elle ne pouvait se concentrer sur autre chose, imaginant la scène si sa vie avait été autrement ; elle aurait pu se confier à Lliane comme elle aurait toujours pu le faire, lui avouant ses peurs, la cause de ses tremblements, de ses angoisses...
Non !
La Reine se redressa ; non ! Elle ne devait pas penser ça ; elle ne devait pas avoir de regrets ! Laissant couler intérieurement ses larmes, Desdémone secoua la tête, faisant virevolter ses boucles or qu'aucune situation ne pouvait ternir à leur beauté. Elle remua les lèvres sans qu'aucun son ne sorte de ses lèvres altérées et attrapa les épaules de Pasiphaé pour la faire basculer sur son propre corps, enfoui lui-même dans une pile de coussins bordeaux. Encore une fois, elle cherchait l'évasion, l'échappatoire à ses pensées et ses vieux souvenirs qui la hantaient... En y repensant encore une fois, l'hypnose serait-elle un bon moyen de faire fuir ceux-ci ? Non, il fallait s'y résoudre, elle ne voulait pas perdre ses souvenirs, et encore moins que quelqu'un ne se les appropria. Elle voulait juste... pouvoir les contrôler ; n'être plus victime, mais maître.
En pensant à cela, elle étouffa un cri à la sensation de ce corps brûlant qui la collait toute entière, comme la lave, la sève des volcans. Sûrement Pasiphaé venait-elle du clan des sorcières des Sources Chaudes, cela expliquerait tout. En fait, elle ne connaissait pas vraiment son hôte, à y penser, mais ça, elle n'y pouvait rien. Vous voyez la Reine d'Asgard poser des questions de politesse ?! Sûrement pas ! Du moins, pas dans cette vie. Dans une prochaine ou une antérieure, à la limite. Bref ; alors que les deux corps féminins tombaient en écho, Desdémone eut un rictus mauvais et pensa à une approche... sado-masochiste. Oh ! Bien sûr, pas jusqu'à l'extrême, mais un certain sadisme l'animait parfois et, après tout, Pasiphaé n'était-elle pas un petit pantin entre ses doigts d'artiste ?
Elle pouvait donc, librement et comme elle le faisait déjà, enfoncer ses ongles longs et crochus comme les griffes d'un long dans le dos de sa dame de compagnie, au niveau des reins, jusqu'à sentir ce sang brûlant qui tachait ses ongles peints de brun. Desdémone porta son ongle imbibé de cette petite goutte d'élixir de vie et, telle une vampire assoiffée, laissa glisser sur ses lèvres la goutte rougeâtre et regarda Pasiphaé ; ce n'était plus son visage qu'elle voyait, c'était un visage d'enfant, où elle reconnaissait le sien comme dans une mise en abîme de reflet. Brutalement, elle mordit les lèvres orangées de la sorcière, goûtant son sang, arrachant presque avec hargne la bouche de la sorcière, de la rage à faire mal qui s'étendait ; encore ! encore ! C'est ce que criait chaque cellule de son corps. Pouvait-elle y échapper ? Continuant à se délecter de plusieurs choses à la fois, les mains avides de la Souveraine cherchaient à se rassurer, s'attardant de manière suspecte sur le cou de Pasiphaé, parcourant son dos chaud et griffant, de maladresse, parfois une côte, parfois une fesse.
S'arrêtant enfin, la Reine rouvrit ses yeux qu'elle avait fermé, telle une aveugle cherchant à reconnaître chaque partie anatomique d'un autre, et relâcha son étreinte. Son regard brûlant se posa sur les deux dæmons qui somnolaient un peu plus loin, sans prendre attention à l'ébat quotidien de leur maîtresse. Symiarè fut le premier à comprendre le message et se leva en se dirigeant vers la sortie. Desdémone sentit son coeur se serrer de l'absence de son dæmon, mais l'habitude l'avait endurcie. Quelques instants plus tard, un dæmon d'enfant, les yeux baissés au sol pour ne pas poser son regard sur le corps nu et dont les vertus étaient déployées des deux femmes, portant dans ses bras un gigantesque bouquet de roses aux épines dures et dont le vert était douloureux à la vue. Desdémone, serpent nocturne, se glissa en dehors du lit pour attraper les roses pourpres et les éparpiller sur le lit tandis que le dæmon, baîllant, retournait à sa place.
La Reine reprit sa place dans le lit, écorchant sa peau blanche aux épines des fleurs. A présent qu'elle eut trouver de quoi s'amuser, son objectif était tel ; mélanger les sangs jusqu'à l'avant dernière goutte...

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Mer 27 Fév - 5:02

Pasiphaé baignait dans un foisonnement de pensées, de sentiments et de ressentiments. Elle savait bien, autant instinctivement que par son sens de déduction, que Desdémone ne couchait avec elle que pour la payer des services qu'elle lui rendait et qu'elle ne considérait cette relation que comme un salaire contre de menus travaux, comme quelques espionnages, quelques meurtres, et quelques confidences... Mais rien de bien important. Et pourtant Pasiphaé aimait Desdé d'un amour ardent et lui vouait une fidélité sans faille, que rien ni personne n'aurait pu briser de quelque manière que ce soit. Et elle aimait tant la souveraine d'Asgard, que même le fait que celle-ci ne lui témoigne rien et ne ressente rien pour elle, n'était qu'un détail. D'un autre côté, gagner l'amour en plus de l'affection, était un des buts que s'était fixé la sorcière. C'est vrai quoi! C'est triste les histoires d'amour à sens unique non? Ainsi, presque sans qu'elle s'en rende compte, une larme coula au coin de son oeil droit sans effacer le masque orange qu'elle avait autour des yeux, marque tribale de la tribu des Sources Chaudes, d'où elle était issue. Mais la goutte salée frémit un instant avant de s'évaporer en un léger grésillement. Quand je dis que la peau de Pas est brûlante, ce n'est pas un euphémisme, je vous le jure!

Tout à coup, surprenant la jeune sorcière, la Reine saisit son visage entre ses mains fraîches et délicates, délicieusement manucurées, douces comme la soie la plus fine, la plus rare. Deux larmes glaciales et suaves qui apportaient un peu d'air du nord sur les joues brûlantes de la Dame de Compagnie. Et elle enchaîna sur un baiser brûlant. Un baiser qui se voulait comme un baume qui rejoindrait la tête d'un corps décapité, un baiser comme une larme au milieu de l'océan, un baiser qui voulait faire oublier quelque chose mais qui ne faisait que le rappeler plus douloureusement. Évidemment, Pasiphaé, trop surprise pour réagir autrement, répondit fougueusement au baiser, joignant sa langue à celle de Desdémone, brisant un tabou déjà maintes fois brisé.
Leurs visages étaient si proches que si elle avait gardé les yeux ouverts, Pasi aurait été forcée de loucher, ce qui n'était sans doute pas ce qu'il y a de plus élégant. Elle choisit donc l'autre option, l'option « fermer les yeux ». Et ainsi elle ressentait aussi la fureur de Desdé, son désespoir brûlant. Leurs visages ne faisaient plus qu'un, liés par ce baiser antropophage. Et Pasiphaé, trop surprise par cette incongruité, répondait volontiers.

Son ventre se contracta un instant quand elle sentit les deux mains de la Reine sur ses cuisses, et la sorcière se surprit à se demander si Desdémone n'avait pas perdu un boulon ce jour-là. Il était strictement impossible qu'elle fasse des initiatives de ce genre. En général elle se laissait faire de manière indifférente, en général elle se comportait comme le jouet sexuel de sa Dame de Compagnie.
Elle sentit les mains fraîches de la Reine remonter vers ses hanches, effleurer sa cage thoracique et s'arrêter au niveau de ses seins. Immédiatement, Desdé s'éloigna du visage de Pasiphaé et se figea, devenant une statue de glace, une statue magnifique, sublime, sans égale. Elle semblait plongée dans un combat intérieur qui décontenança Pasiphaé, pour une énième fois. Qu'avait la Reine aujourd'hui pour se comporter de manière aussi ahurissante ? Avait-elle un gros chagrin ?
Pasiphaé était peut-être directe, mais elle ne manquait pas de tact, et poser la question semblait la chose la plus idiote à faire. Elle se tut donc, attendant la suite des évènements : si Desdé avait pris le contrôle des actions au début, il était juste qu'elle aille jusqu'au bout. Ce qu'elle fit.
Saisissant les épaules de la sorcière, la Reine bascula en arrière sur les coussins bordeaux, collant les corps des deux femmes ensemble en une étreinte douce-amère. A nouveau, Pasi remarqua ce désir de s'oublier elle-même dans l'embrassade. De toutes façons, au point où on en était, autant continuer. Elle déposa sa main sur les lèvres de Desdé... et grimaça de douleur. Elle était devenue folle ou quoi? Ça ne va pas de griffer quelqu'un aussi fort et en y prenant autant de plaisir? Pasuphaé n'étouffa aucunement le grognement de douleur qu'elle ressentit au niveau des reins quand Desdémone y enfonça profondément ses ongles. Ne trouvait-elle pas que sa Dame de Compagnie avait assez de cicatrices comme ça ? Apparemment pas, puisqu'elle continua, puis se délecta du sans de la sorcière des Sources Chaudes, un sourire sadique au visage.

Pasiphaé était furieuse. Elle n'était pas masochiste du tout et au contraire détestait souffrir. Et Desdémone était bien au courant. Et pourtant, elle ne se retint pas de saisir les lèvres de celle aux nombreux noms entre ses dents et de les mordre avec rage, les déchirant, en faisant couler le sang bouillant et bouillonnant dans les veines de la jeune femme. Pasi se débattit, tentant d'échapper à cette étreinte mortelle qui se refermait sur elle comme un traquenard trop bien huilé. Elle ne voulait pas souffrir, et Desdé en semblait inconsciente, griffant son dos, ses hanches, ses fesses avec un plaisir jusqu'aujourd'hui inégalé pour elle.
Quelques instants plus tard, surprenant Pasiphaé qui avait été trop occupée à guérir ses plaies ouvertes pendant la trêve que lui accordait la Reine, un enfant entra, un bouquet de roses rouges à la main. Des roses à épines. Des roses sauvages comme l'était Desdémone. Pasiphaé se surprit à frémir. Elle n'allait quand même pas... Si. Elle le fit. Elle déposa les tiges acérées sur le drap du lit.
Pasiphaé fit presque un bond en arrière pour éviter une tige qui s'était aventurée trop près d'elle, et un flot de pensées rageuses se précipitèrent dans l'esprit déjà furieux de la jeune sorcière. Desdémone s'était déjà couchée sur les épines dangereuses et son sang coulait déjà de plaies multiples, tachant le drap neigeux de pétales vermeils, semblables à ceux des roses, justement. La Reine semblait vouloir que Pasiphaé l'imitât, mais celle-ci n'en avait pas la moindre envie. Et le fait que la Reine pense qu'elle puisse dicter ses ordres ainsi à la sorcière l'énerva au plus haut point. Encore plus qu'elle ne l'était déjà. Son sang, déjà bouillant, gagna encore 10° de chaleur et le visage de la sorcière s'embrasa sous le coup de la colère, la rendant encore plus belle, plus superbe, en un mot :splendide.

Pour le moment, elle était agenouillée sur la couette, mais si elle voulait continuer ses ébats avec son amante, elle devait bien prendre appui quelque part. Et ce ne serait en aucun cas sur ces tiges fatales. Elle résolut rapidement le problème : puisqu'elle avait tant envie de souffrir, la Reine, elle lui servirait d'appui. Ni une, ni deux, Pasiphaé s'étira et, saisissant les bras de la souveraine, elle les lui plaqua en arrière, s'appuyant dessus. Mais elle ne put éviter le contact des épines contre ses cuisses de cavalière, ce qui la fit à nouveau grimacer de douleur – comme de colère. Elle résolut alors de guérir ces blessures, puis, sans demander l'avis de la Reine, elle déchira la housse de couette et de fit des protections aux avant-bras, cuisses et tibias. Ainsi équipée, elle pourrait affronter plus sereinement les épines. A vrai dire non, j'exagère : Pasi était tout sauf sereine. Elle bouillait de rage contenue. Aussi ne se fit-elle pas prier pour rendre la pareille à Desdémone quand elle l'embrassa. Elle aussi savait déchirer des lèvres, comme elle le prouva de toutes ses forces à son amante, de manière fort puérile, je l'avoue. Ce qui suivit fut moins puérile. Ou tout du moins, je vois mal un enfant faire telle chose.

Tout d'abord, elle saisit le téton droit de la Reine et le pressa violemment entre son pouce et son index, avant de saisir le téton durci de gauche et de faire de même. La fureur l'aveuglant toujours, elle saisit brutalement les cuisses de la Reine et les redressa perpendiculairement au lit, les tenant relevées. Elle posa sa tête entre les deux collines symétriques que formaient les seins de la souveraine, et inséra un doigt dans sa partie la plus intime, effleurant son clitoris de manière fort suggestive. Son autre main s'occupait de la hanche droite de la reine, mais se précipite déjà vers sa fesse gauche, puis vers l'entre-fesse, où l'index glisse lentement et suavement avant d'atteindre l'entrée de la jeune femme.
Tout à coup, de manière fort sadique, Pasiphaé interrompit tout, se redressa et se jeta de toutes ses forces sur Desdémone, atterrissant brutalement sur le corps tendu et froid de la reine, qui semble (ne pas) apprécier le fait que les épines des roses s'enfoncent encore plus profondément et fouillent les plaies déjà ouvertes.
Pasiphaé, fulminante et excitée, oubliant les roses tant elle n'en pouvait déjà plus, bascula en arrière, saisissant la reine dans ses bras, l'enserrant dans une étreinte fatale, déposant ses lèvres sur ses yeux, ses pommettes saillantes, son front, ses joues, sa bouche, sa trachées, sa jugulaire, ses clavicules, ses seins... où elle s'arrêta un instant.


[J'ai passé 3h sur ce post. A vrai dire, j'ai du passer beaucoup moins, si on compte les 3 fics que j'ai lues pour me donner de l'inspi, les 3 tests que j'ai fait parce que je m'ennuyais et les longues discuss msn ave des gens que tu connais pas... ^^' Désolée pour la fin hard...]
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   Mer 27 Fév - 13:42

[MDR XD Je te répond plus tard ^^ A propos, normalement, les sorcières n'ont pas la capacité de guérison... (Cf Tome III où une sorcière se fait torturer par Mrs Coulter) mais bon u_u et puis le hard, c'est ce que j'attendais... Méchante insoumise ! xD]
[J'ai pas précisé comment elle se guérissait... E fait, elle a un baume dans sa bague et elle s'en est servie...]

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bonne soirée... [PV Desdémone - Hentai - Yuri]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aaaah bonne soirée sur msn lol
» Une soirée pluvieuse est une bonne soirée (Fleaux - Nautilus)
» Bonne soirée ...
» Un bar, un ex, une bière... une bonne soirée • KYLE
» S'alcooliser,draguer,déconner, et pourquoi pas tituber. Tout cela rime avec bonne soirée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Fin :: Corbeille-
Sauter vers: