AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Encore un monde...

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Encore un monde...   Sam 29 Sep - 12:37

Sans trop savoir comment, CKZ114 se retrouva soudain au milieu d'une foule dense de commerçants, d'enfants et d'adultes flanant au hasard des étals. Il avait atterri dans ce monde en passant par... la Tamise. Evidemment, il ne savait pas nager. C'est pas en creusant dans les carrières gouvernementales qu'on apprends à ne pas se noyer... Il se débattait donc de son mieux au milieu de l'élément liquide quand un gitan qui passait par là l'aperçut et plongea pour le sauver. Crachant de l'eau, il avait fini par sortir et une grosse gitane l'avait serré contre elle à l'en étouffer, avant de passer un certain temps à tenter de le "nettoyer" de son tatouage.

Remerciant brièvement ses hôtes, surpris de découvrir qu'ils parlaient la même langue que lui, ou à peu près, à la différence d'un accent, il s'était éloigné d'un air tranquille et, aussitôt hors de vue, avait couru sans but dans le dédale des ruelles. Pour arriver sur cette "place du marché". Désorienté, il regardait les enfants courir en riant dans les jambes de leurs parents, et de plus agés se battre avec des boules de glaise. Il se retint cependant de leur sauter dessus et de les battre. Ici, comme dans beaucoup de mondes, il n'y avait pas d'enfants esclaves. Leurs parents les gardaient tous, ou les laissaient à d'autres parents pour qu'il s'en occuppent. Et ces enfants n'étaient pas responsable du malheur des autres...

CKZ114 tenta de se fondre dans la foule grouillante de la populace, mais son nom, tatoué sur sa figure, le démarquait plus sûrement des autres que n'importe quel signalement. Cependant, personne ne s'en inquiétait. Les tatouages ne semblaient pas connus sur ce monde, et ils devaient croire que cette marque était destinée à le "décorer". Soudain, la foule recula, d'un bloc, et s'écarta précipitemment, comme pour laisser passer quelque personnage important. Malmené par ces mouvements collectifs, CKZ114 échoua en plein milieu du passage qui s'était créé, juste sous les pas des chevaux.

Le propriétaire du véhicule semblait peu soucieux de savoir s'il écraserait quelqu'un, et continuait sa route sans se préoccuper de celui qu'il allait réduire en charpie. Déjà, les chevaux étaient sur lui. Il ne se laisserait pas faire. Se débattant, il frappa les animaux aux jambes, si bien que, sous les hennissements outragés, bon gré, mal gré, le véhicule fut forçé de s'arrêter. CKZ114 sortit de sous les chevaux, à l'instant où une femme hautaine sortait la tête de sa voiture pour s'enquérir de l'évènement qui osait faire arrêter son carosse...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Sam 29 Sep - 17:27

Elle était... un peu perdue. Pourquoi ? Comment ? Elle n'en avait aucune idée. Etant discret, son daemon s'était transformé en fragile papillon qui était tranquillement posé sur son épaule. Elle attendait. Quoi ? Elle ne le savait pas plus. Mais elle devait attendre.
Un murmure frôla son oreille. Norek la prévenait. Qu'un jeune garçon au visage tatoué allait se...
Faire renserver ! Un char, et peu l'entedait, venait à toute vitesse - enfin en vitesse rapide pour un carosse -. Les sabots du cheval martelaient les dalles pavées d'un roulement rapide et régulier. Toc toc toc. Ils se rapprochaient. Si vite.
Une jeune fille pâle, que personne ne voit, aux habits sombres, essaye de se faufiler entre les gens. Entre la foule. Les gens la regardent une fois, avec une moue énervée si caractéristiques des radoteurs de "ah la jeunesse !". Il la regardent. S'empresseront de l'oublier. Une enfant si commune... Il ne se souviendront même pas qu'elle les a poussé un jour dans sa vie. Elle, si. Elle se souviendra avoir fait tout ce chemin entre les gens pour parler au jeune homme qu'elle ne put même pas approcher...

Rhilaoza joua des coudes et des mains, faufilant sa petite taille entre la foule massée. Pourquoi les gens semettaient ils toujours en file horizontale, histoire de faire une barrière pour les gens de derrière ? La sorcière n'en avait aucune idée. Elle marmonnait un "pardon" rapide à chaque bousculade. Elle devait prévenir ce garçon au visage tatoué. Mais elle ne l'avait jamais vu ! Et puis que lui dire ? "Tu es en plein milieu de la route et vas te faire écraser dans une à deux minutes au plus !" ?
Non ce n'était pas bon.

"Eh ma p'tite ! Tu veux des beaux bijoux ? J'te fais un prix !"

Rhilaoza sursauta, comprenant qu'on lui parlait à elle. Elle secoua vivement la tête. Deux suppositions s'immiçèrent (?) immédiatement dans son esprit. Pourquoi cette proposition ? Oh bien sûr, le commerçant voulait à tout prix vendre ses breloques ignobles, mais pouruqoi interpeler une jeune fille qui passe très bien dans l'ignorance des autres ?

*Il est mal vu par les autres filles. Certaines le critique, se demandant pourquoi il fait attention à une fille comme... comme moi. Il va sans aucune doute vouloir se sortir de cette situation à mes dépends.*

"Oh mesdemoiselles ! Votre beauté est trop somptueuse pour mes bijoux ! Il vous faudrait de l'or, je n'en ai pas, mais l'or est cher, mes bijoux sont à la portée de tous. "
Il baissa le ton.
"Si j'ai interpelé cette gamine, c'est bien pour vous rendre jalouses mes belles...Ai-je réussi ?"
*Et voilà, j'en étais sûre.*

L'image même de la jeune fille démuni disparut dans l'esprit du commerçant. Oubliée. Elle s'étonna même quand il fit mine de la chercher dans la foule. Mais elle était partie, bien qu'elle ait vu sa mine chercheuse. Il ne la trouva pas dans la foule. Cinq minutes suffirent à ce qu'il ne la trouve pas dans son propre esprit.

Le garçon ! Le char approchait ! Plus de temps ! Le commerçant l'avait trop troublée, pas en bien en plus. Elle essaya de crier. Mais c'était trop tard. Il tomba sur le sol. Se débattit contre les bêtes. Rhil' étouffa un cri. Elle hésita à le rejoindre pour l'aider à se relever. Mais une femme était sortie du carosse. Rhil se mordit la lèvre. Elle cupabilisait. Elle aurait pu le prévenir ! C'était de sa faute !
Les larmes piquaient ses yeux violets. Les seuls qui fassent sa fierté. Les derniers que l'on pouvait voir, et que l'on ne voyait jamais...
Rhilaoza était à un mètre cinquante du garçon. Et ne pouvait rien faire car le regard de la femme s'était déjà posé sur lui...
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Encore un monde...   Dim 30 Sep - 20:30

[ Je peux ou c'est un PV ? ^^ ]

Desdémone n'aimait pas spécialement se promener, mais, prise par une soudaine crise d'égocentrisme, elle avait décider aujourd'hui de creuser l'abîme de l'inégalité qui s'étalait entre les habitants du Castel et les petits paysans qui peuplaient son royaume. Tout fut fixé dans l'après-midi ; elle prendrait son plus beau char, le rouge, orné d'or et de joyaux, et habillerait ses laquais de la même couleur. Quant à elle, elle s'habillerai avec une sompteuse robe noire agrementée de rouge, et porterait ses bijoux de rubis, qui ressemblaient par un hasard mal placé à de petites gouttes de sang rouge vif. Le cocher, un des rares domestiques qui n'avait pas été séparé de son dæmon, conduirait trois chevaux, deux noirs - dæmons arrachés à leur maître dont l'espérance de vie était très réduite - et le sien, un bel anglo-arabe de robe souris.
Lorsque cinq heures eurent sonnées, Desdémone quitta ses appartements, accompagnée de Symiarè et de Ràèz, parcouru d'un pas noble et gracieux le Castel et sortit, pour s'installer dans le carrosse étincelant. Après une brève réflexion, elle opta pour Oxford, près de la Tamise, là où, certes, l'hygiène n'était pas à son summum, mais où elle serait sûre du respect des habitants. Mais à peine le voyage avait-il commencé que la Reine s'assoupit, passant brutalement de la somnolence au sommeil paradoxal.
Elle fut brutalement réveillée par une forte secousse, suivie des hennissements paniqués des chevaux. Troublée, Desdémone passa un œil par la fenêtre, repoussant d'une main immaculée les rideaux de velours bordeaux ; un jeune homme. Un jeune homme sans dæmon. Un Asgarien mutilé ? Un Midgarien ? Un habitant des Mondes Subalternes ? Un Voyageur ? Desdémone penchait plutôt pour la quatrième option ; le numéro de série tatoué sur son visage indiquait qu'il venait de Podgar, un monde quasi-inconnu avec qui elle avait vainement essayé de coopérer, mais les dirigeants avaient refusé net ; ils ne se mêlaient pas de ses affaires, qu'elle fasse de même. La Reine était tout de même repartie avec une centaine d'enfants, pour satisfaire au manque des Enfourneurs, pardon, scientifiques, qui opéraient dans le Nord, et une envie de vengeance insatiable. Enfin, pour en revenir à nos dæmons, Desdémone questionna sèchement le cocher à propos de l'agitation.

« Il s'est jeté sous le carrosse, Votre Magnificence, et je n'ai rien put faire pour m'arrêter avant ! » protesta le cocher, louchant avec dégoût et peur sur la tache de boue qui s'était déposée sur son beau costume – de dégoût car il savait pertinemment que cette boue était mêlée aux excréments des dæmons et à l'eau sale de la Tamise, de peur car il redoutait la colère de la Souveraine.

Dedémone haussa un sourcils, à la fois agacée et intriguée, et ouvrit la porte du char pour en descendre. Comme elle s'y attendait, un des laquais qui s'était accroché à l'arrière du char défit sa veste et la posa à terre, protégeant ainsi son soulier du mélange suspect qui juchait le sol. Ignorant l'attention particulière que lui portait son domestique, elle planta son regard couleur de flamme – pourtant d'une chaleur glaciale – sur le voyageur et le dévisagea longuement. Savait-il à qui il avait à faire ? La Souveraine passa un regard bref vers la foule ; tout le monde regardait, attendant la mort - ou au mieux la punition si la Reine était d'humeur clémente - de l'inconnu qui avait osé provoquer la Reine d'Asgard. Son regard meutrier s'arrêta sur une jeune sorcière regardant avec terreur le voyageur. Son dæmon, dont la forme définitive n'avait pas encore été fixée, voletait autour d'elle sous la forme d'un papillon. Non, ce n'était pas une sorcière ; les dæmons des sorcières était uniquement des oiseaux, et même lorsqu'ils n'avaient pas pris leur forme définitive, ils restaient oiseaux. Pourtant, elle ressemblait sacrément à une sorcière ; un aura magique émanait dignement d'elle et elle était vêtue des traditionnels vêtements noirs. Le regard de Desdémone se fit alors plus intense et plus convaincant, sans pour autant en oublier le Podgarien. Elle avança dans sa direction, sans prendre garde à préserver ses souliers de la boue – que, de toute manière, elle essuierai sur la veste du laquais – et se planta, bien droite, face à ladite sorcière, la dépassant d'une bonne quinzaine de centimètre. Desdémone plia ses genoux pour mettre son visage à la hauteur de celui de la fillette et promena son index à l'ongle long et manucuré sur son épaule avant de le planter doucement sous sa gorge.


« Toi », dit-elle dans un murmure clair, que seule l'infante et les quelques gitans les plus proches d'elle pourraient entendre,
« Viens avec moi »

La Reine tourna les talons, indiquant à la jeune fille le carrosse où Ràèz se reposait, la tête sous l'aile, tremblant, à son habitude, et où Symiarè se tenait assis. Le loup rouge, au regard de sa maîtresse, sauta du carrosse et avança, grognant doucement pour se rassurer, vers le garçon, étalé à terre et recouvert de boue mais du moins libéré des sabots des chevaux, et resta à distance, surveillant les moindres mouvements du voyageur, prêt à l'attaquer pour l'empêcher de s'enfuir. Le dæmon, au regard que lui avait offert Desdémone, avait aussitôt compris que le garçon, lui aussi, monterait dans le carrosse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Sam 6 Oct - 12:05

Jugeant que les chevaux ne méritaient pas plus de coups dans les membres de sa part, CKZ114 se releva lentement, et, d'un geste agrémenté d'un regard brûlant, épousseta bien inutilement la manche de sa veste. Il prit alors conscience qu'une jeune fille l'observait fixement, pleine d'appréhension, depuis un certain moment. Il tourna ses prunelles vers elle. Elle avait sans doute voulu le tirer de là, mais les mouvements de foule qui l'avaient poussé sous le carosse l'avaient, elle, empêchée de lui porter secours. Cependant, la jeune fille détourna rapidement les yeux. Et pour cause : la "dame" qui se baladait en carosse était descendue et, la menaçant ouvertement, voulait la faire monter dans son carosse.

Sure d'être obéïe, la femme rentra dans son carosse, effectivement suivie de la jolie jeune fille. Observant la scène avec curiosité, CKZ114 ne se rendit pas tout de suite compte que le daemon de la femme, posté juste devant lui, surveillait ses moindres faits et gestes. Aux grognements menaçants de l'animal, il répondit en montrant les dents, grognant plus fort que lui et, sans prendre garde le moins du monde au loup, il se dirigea d'un pas décidé dans le carosse. La fille avait voulu le sauver; elle méritait sans aucun doute qu'il la suive, et vu l'attitude de l'autre femme, il pourrait peut être lui être d'un quelconque secours.

Il n'avait pas peur du loup rouge. Les daemons ne touchaient pas d'humains autres que le leur. Il monta donc avec aplomb dans le véhicule et s'assit à côté de la jeune fille. Leurs regards se croisèrent. L'autre sourit bizarrement, contente qu'il soit monté aussi. CKZ114 lui adressa un regard étrange et brûlant. Elle avait donc si peu de respect pour la vie ? Les sièges sombres et la décoration un peu morbide, pas plus que les rubis sanglants de la femme ne lui firent grosse impression. Il croisa les bras et observa le loup rouge remonter dans le carosse et le considérer d'un air bizarre. Comme un rival plus que comme une proie, aurait on dit.

Il remarqua alors un autre animal. Un cygne. Alors ce serait lui le daemon ? Et le loup serait apprivoisé ? Mais non, ce loup était bien son daemon. Cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Alors le cygne ? Oh, et zut. Après tout, il n'en avait rien à faire. La jolie sorcière avait un daemon, elle aussi. Mais il changeait encore de forme. Un peu tremblant de peur, il changeait nerveusement de forme, et se posait fréquemment sur son épaule. Il était le seul occupant du carosse à ne pas avoir de daemon. Mais il avait entendu dire que certains voyageurs, quand ils passaent beaucoup de temps dans ce monde, voyaient leur daemon apparaitre.

Pour l'heure, les chevaux s'ébranlèrent, et le carosse partit. La route était un peu cahoteuse, mais le char n'était en aucune façon ralenti par les passants. CKZ114 pensa un moment demander sèchement à la femme si elle comptait en écraser beaucoup, mais jugea qu'après tout, elle n'était pas digne qu'il lui adresse la parole pour une bagatelle pareille. Attendant que quelqu'un rompe le silence, il fit craquer les jointures de ses mains, une par une, et portait de temps en temps un regard sur la femme en face de lui, entre ses deux daemons...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Dim 7 Oct - 19:56

[pas gd chose mais j'ai po le tps ! ]

Elle planta son regard dans le mien. Je ne sais pourquoi, j'ai sentit une puissance me prendre à la gorge. Une puissance inconnue. Son regard avait la force de la glace, la dureté du diamant. Je n'ai pu qu'obéir. Mais qu'avais-je fait ? Ce que je n'avais PAS fait, c'était clair : le garçon avait été culbuté par les chevaux. Mais ce que j'avais fait m'échappait...

Rhilaoza regarda furtivement le garçon tatoué. Elle aurait voulu l'aider. Le pauvre, les chevaux avaient dû lui faire sacrément mal ! Qu'elle idée de faire courrir ces pauvres betes à cette allure !
Mais d'un ordre, sec, son regard se détourna. La dame était sortie du carosse. Elle la toisait avait l'arrogance d'une femme noble et riche. Qui était elle ? Rhil n'en avait aucune idée. Un petit moment, la jeune sorcière regarda autour d'elle si la femme s'adressait à quelqu'un d'autre. Et zut, c'"était bien à elle ! Rhilaoza se mordit la lèvre.

Son corps ne lui obéissait plus. Elle était obligée de la suivre ! Pourquoi ? Pourquoi ? et encore pourquoi ? Pouquoir moi ? Pourquoi elle ? Droite, la petite sorcière passa, vaillante, sous le regard de feu des deux daemons. Deux ? On pouvait en avoir deux ? Non ! L'uin devait être adopté ! Mais ils se conduisaient toux deux en daemons. Lueur d'intelligence qui brille dans votre regard. Rhil regarda le jeune homme. Il est surpris lui aussi. Juste un coup d'oeil pour le comprendre... la petite sorcière entrouvrit les lèvres. Son corps tremblait bien qu'elle décida de le cacher. C'était à peu près réussit.


"Dame ? Pourquoi m'emmener ?"

Sa voix n'était pas aussi forte qu'elle ne l'avait souhaité. Son papillon se collait à son cou. Il n'était guère rassuré lui aussi. Cette femme était étrange. Elle en avait presque peur.

Le char partit. Vive allure.
Fougueux.
Ce mot agressif lui allait bien.
Fougueux. Un char vivant. Vivant car c'était cette femme qui le commandait. Elle était belle, forte, puissante. Le contraire de Rhilaoza en autre...
Ca allait vite. Très vite. Trop vite. Jamais Rhil n'était allée aussi vite ! Enfin, si. Quand on avait voulu la faire monter sur un balais. Elle se crispa à ce souvenir.
Quel vertige... vertigineux...

Elle se détourna de la petite fenêtre. Attendant une réponse. N'osant pourtant croiser le regard dur de cette femme
.
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Encore un monde...   Mer 10 Oct - 18:03

[Liiim, on dit NON au SMS xD Bon, on respecte l'ordre CKZ114-Rhilazoa-Desdémone, quitte a attendre longtemps, okay ? Bon désolée à vous deux, j'ai un peu contrôlé vos persos, si vous n'êtes pas d'accord, j'éditerai...]

Desdémone jeta un regard vers le Voyageur crasseux qui se relevait. Il avait compris que lui aussi devait rentrer dans le carrosse, et s'était exécuté, sûr de lui. Bien, cela faciliterait les choses. La Reine prit place elle aussi dans le carrosse, aux côtés de ses deux daemons, en face de la sorcière et du voyageur. Elle claqua des doigts et le laquais referma la porte une seconde avant que le char ne redémarre. Cette fois-ci, il allait bien plus vite qu'à l'aller ; ils devaient retourner au plus vite au Castel. Desdémone caressa la tête de Ràèz, ce que le grand tabou lui interdisait mais qu'elle fit quand même, ressentant à chaque contact une petite décharge électrique, lui prouvant que sa sœur était bel et bien en vie. Après un bref silence, elle entendit enfin la question qu'elle attendait patiemment.

"Dame ? Pourquoi m'emmener ?" avait demandé la jeune fille

Desdémone fit une esquisse de sourire charmeur, qui rendit son visage pareil à celui de sa grand-mère paternelle. Elle savait qu'elle avait plus hérité de Marisa Coulter que de sa propre mère ; elle avait les mêmes ambitions, les mêmes idées et les mêmes manières qu'elle, et, par dessus le marché, elle allait continuer son projet. Après avoir reconstruit la Station Expérimentale, elle pourrait enfin recommencer ses expériences sur la Poussière et en faire un avantage pour gagner cette guerre qui terrassait son pays.
La Reine se pencha en avant, courbant son dos gracieux, et posa sa main délicate sur le genoux de la jeune sorcière, se voulant rassurante. De son autre main, elle ramena le visage pâle et menu face au sien et planta son regard de glace - qu'elle voulut alors de braise - dans celui de la sorcière, avec une expression étrange, qu'on aurait put prendre pour de la complicité.


"Ma chère enfant..." commença-t-elle en pesant chacun de ses mots "Je ne vais pas passer par quatre chemins."

En disant cela, ses yeux avaient changé, lui donnant alors l'apparence d'une femme au tempérament de feu, sauvage et assurée, ce dont elle s'aperçut et tenta - tant bien que mal - de dissimuler avec un sourire d'excuse. Desdémone jeta un coup d'œil au Voyageur, qui ne l'intriguait pas vraiment, mais dont elle voulait faire l'acquisition.

"Tu m'intéresses beaucoup, petite sorcière."continua-t-elle, délectant chacun des mots qui sortait de ses lèvres pourprées par un rouge à lèvre sang, "Tu es une sorcière, n'est-ce pas ?"

Elle écouta attentivement la réponse de la jeune fille dont le daemon regardait Simiarè avec un mélange de méfiance et de stupéfaction, et découvra un sourire aux dents blanches comme des perles. Parfait. Cette sorcière était parfaite. La Reine posa sa main sur la tête du loup rouge qui commençait à grogner, enfonçant au passage de manière discrète ses ongles longs dans la gorge canine pour le faire taire.

"C'est bien ce que je pensais... Sais-tu que tu es très spéciale à mes yeux ? Je ne sais pas si tu le sais, mais le daemon d'une sorcière est toujours un oiseau, même lorsqu'il n'a pas prise sa forme définitive, or, le tien est actuellement un papillon..." déclara la Reine d'une voix grave et sensuelle, qu'on aurait put parfaitement jumeler à un soupir satisfait.

Elle se retint d'ajouter qu'un papillon était un insecte, et non un oiseau, comme pour étaler sa science infuse, comprenant les sciences occultes, cognitives, sociales et autres, préférant donner sa valeur à la jeune sorcière. Desdémone dirigea alors son regard sur le Voyageur, qui n'avait pas desserré une seule fois les dents.


"Mais avant tout..." dit-elle à l'adresse de la sorcière, sans pour autant quitter CKZ114 du regard "Comment t'appelles-tu ?"

Avant que la jeune femme ne puisse répondre, elle écarta la mèche de cheveux qui essayait tant bien que mal de recouvrir de tatouage du Podgarien et caressa du pouce l'inscription marqué à l'encre noire... Comme cela devait-être terrible, si jeune...

"Et toi..." commença-t-elle en glissant sa main sous le menton du jeune homme, caressant cette-fois les lèvres fines et claires qu'il arborait, observant son visage sous toutes les coutures "Tu te demandes peut-être pourquoi je ne te demande rien, mais c'est si simple... Si simple que n'importe qui pourrait te connaître parfaitement... Tu t'appelles CKZ114, tu as travaillé comme enfant-esclave à Podgar et tu t'es échappé... Il n'y a pas si longtemps ? C'est sûrement toi sur qui on a lancé un avis de recherche ; tu devais être très robuste pour qu'on se donne la peine de te chercher après que ta fuite ait réussi..." puis, comme si elle redoutait que le voyageur se fasse une mauvaise idée, elle ajouta "Mais ne t'inquiètes pas, je n'ai aucune intention de te livrer aux autorités de ton monde... Juste... De te garder auprès de moi..."

Elle lui décocha un sourire radieux, mais du moins étrange, pour tenter de le rassurer, avant de tourner la tête vers son autre interlocutrice, dont elle attendait à présent la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Dim 14 Oct - 12:55

CKZ114 avait vu avec un mélange de curiosité et de répugnance la femme caresser l'autre daemon. De petites étincelles jaillissaient parfois à leur point de contact. Ainsi donc, elle avait vraiment deux daemons, même si le cygne ne semblait pas... disons, naturel. La jeune sorcière demanda alors pourquoi on l'emmenait. La réponse n'intéressait pas outre mesure CKZ114, qui s'attachait avec fascination sur le visage de l'autre femme, se demandant si une telle horreur était de naissance et si elle se traduisait physiquement. Elle se tourna ensuite vers lui, et lui caressa le visage.

Il serra dents et poings pour ne pas faire de geste brusque, qui les auraient certainement mis, la sorcière et lui, dans une position plutôt délicate. Mais au bout d'un moment, il n'y tint plus. Sa main jaillit et, d'une poigne de fer, il saisit le poignet de la souveraine et l'écarta inflexiblement de son visage. Il n'aimait pas qu'on le touche, et n'avait aucunement donné d'autorisation à cette femme pour qu'elle le fasse.


"Je n'ai aucune intention de te livrer aux autorités de ton monde... Juste... De te garder auprès de moi..."

La bouche de CKZ114 se tordit en un rictus de colère, ses iris flamboyèrent et il se leva à demi dans le carosse, qui ne lui permettait pas de le faire entièrement. Mais que croyait-elle ? Il n'était plus à vendre. Il était libre, et il préférait mourir ainsi que vivre enchainé à quoi que ce soit. Hors de question qu'il ne se laisse faire.

Il n'en est pas question. Je me suis battu pour être libre et je le resterait.

Sa voix claqua, sèche, totalement opposée à la voix doucereuse de la femme aux deux daemons. Son accent étrange, cependant qu'il parlait la même langue que les deux femmes, donnait un ton exotique à sa voix. Vraiment étrange... Comme un accent glacé, un accent du Nord, du grand Nord, qui donnait à ses phrases des intonations brutales. Mais à côté de cela, sa voix, sa voix chaude et vibrante, adoucissait ses tournures et donnait chaleur et vie à tous les mots qu'il prononçait. Une voix grave et timbrée, presque teintée de Sud.

A l'entendre, impossible de deviner d'où il vient. On entend clairement qu'il est d'ailleurs, mais cet ailleurs est trop méconnu pour que quiconque ne reconnaisse son origine. Et sans attendre, les questions, vite, tombaient dans l'oubli, et l'auditeur, quel qu'il soit, se laisse bercer par les phrases vibrantes comme de l'énergie pure qui sortent de sa gorge comme des trilles de celle d'un rossignol.


Les deux femmes restent un moment stupéfaites, comme sous le charme du timbre inhabituel de la voix de CKZ114. Qui eut cru qu'un voix si puissante sorte d'un corps si fin ? Mais rapidement, la reine se reprend, et romps à nouveau le silence fragile qui s'était installé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Sam 3 Nov - 14:08

[Je suis lààààààààà ! ]

"Oui. Je crois que je suis une sorcière."

La jeune sorcière eut le souffle coupé un moment, bien que cela ne se vit pas. Cette femme... l'inquiétait. Elle était pourtant douce, et semblait très gentille ! Mais elle sentait que cela était plus une couverture qui cachait aisément son véritable caractère, qu'un fait réellement caractériel de la jeune femme. Rhilaoza laissait courir son regard. Qu'elle était belle, elle ! Comme souvent quand elle se trouvait auprès de personne gâtée par la Nature, Rhilaoza se sentait laide, et tout à fait détestable. Souvent, la jeune sorcière se consolait en se disant que les femmes belles avaient trois sous d'intelligence, alors qu'elle avait hérité d'une intelligence vive bien que son physique soit insignifiant. Mais aujourd'hui, elle ne pouvait se consoler. La flamme qui brillait dans le regard de cette femme à l'allure royale, était celle même d'une intelligence hors du commun. Cherchant cependant quelque chose à lui reprocher, Rhil' détesta dès le début son air maternel. Qu'elle maudissait son visage enfantin !

"Et je m'appelle Lucia."

Son regard était resté ancré dans celui de la femme quand elle avait proféré ce mensonge. Elle n'aimait pas son prénom, et n'aimait pas cette femme. Oh, elle ne voyait pas vraiment où la connaissance de son prénom pouvait aider cette dame, mais juste pour le plaisir de mentir, Rhilaoza le gardait sous silence. De la même manière, elle détestait la façon dont elle s'adressait au jeune garçon. Et la réponse franche et cinglante du jeune homme la fit sourire. Il avait parfaitement raison ! Enfin bref.

Sa main fine attrapa la manche de la femme
.

"Mon daemon est comme il est ! Il faut toujours une exceotion pour confirmer la règle, mais dites moi pourquoi je vous intéresse !"

Dans tous les cas, cette dondon bien habillée pouvait rêver pour qu'elle lui dise la vérité ! Comme s'il était coutume chez Rhilaoza d'avouer son vertige !
Cela permettait à CK quelque chose de ne pas se prendre une raclée tout de suite. Elle sentait cette femme puissante et dangereuse de la même force qu'elle ne sentait que ce jeune homme impertinent envers la femme ne finirait pas la nuit s'il s'obtinait. Mais tout cela n'était que des pensées fugitives d'une gamine qui ne comprend pas ce qu'il lui arrive.


[c'est nul, mais c'est ]
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Encore un monde...   Ven 4 Jan - 16:43

[Bon, chuis désolée, va falloir attendre encore, j'ai perdu la totalité de ce que j'avais tapé...]

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Encore un monde...   Sam 12 Avr - 13:05

[et tu l'as toujours pas retapé ?]
Revenir en haut Aller en bas
Desdémone
Reine d'Asgard
avatar

Féminin Nombre de messages : 174
Age : 24
Poste / Métier : Reine d'Asgard
Monde d'Origine : Le royaume des Morts
Camp : Loyauté Asgarienne
Date d'inscription : 01/07/2007

Dæmon
Nom du Daemon: Symiarè et Ràèz
Forme du Daemon: Loup Rouge et Cygne
Sexe du Daemon: Masculin

MessageSujet: Re: Encore un monde...   Mar 15 Avr - 15:09

Euh... hum ! Bon, ben... j'avoue que j'avais un peu zappé là xD
Je... m'active... Crying

_________________

I'm...
Diabolic
Malicious
Hypocritical
Vicious
Seductress

I'm a Woman
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dark-materials.forumotion.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Encore un monde...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Encore un monde...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre
» Inauguration de la plus puissante turbine à gaz au monde
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
» La place d'Haïti dans le monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Fin :: Corbeille-
Sauter vers: